Lorsque la Maison Taittinger revient sur les traces de ses origines, l’histoire du champagne et celle de l’horticulture se retrouvent intimement mêlées.

Aux origines de l’histoire de la Maison Taittinger, nous rencontrons  Thibaud IV – Comte de Champagne, roi de Navarre et héritier de la seconde puissance de France après le Roi. Il perpétue à la cour de Louis IX l’art de la poésie et des chansons de trouvères (poètes s’exprimant en langue d’oïl) et laisse une œuvre poétique remarquable et variée. Sa légende raconte aussi qu’il est à l’origine d’incroyables trésors à son retour de la 6e croisades en 1239.  Il ramène de Damas une rose dont il fera de nombreuses plantations. La renommée de la roseraie est rapidement à l’égal de celle de son fondateur et sera extrêmement utilisée en médecine  ou dans les cérémonies religieuses et profanes. Nous la connaissons plus communément aujourd’hui comme la rose de Provins.

David Austin (1926 – 2018), créateur de roses

De ses croisades à Chypre, il ramène – dit-on – un second trésor encore inconnu en France : un plant d’un nouveau cépage, ancêtre du Chardonnay et donc du principal composant du champagne. L’histoire de la Maison Taittinger commence.

C’est en l’honneur de ce comte, dont le sceau marque tous les flacons de la Maison, qu’est créée la cuvée Comtes de Champagne de Taittinger en 1952. Cette cuvée est assemblée uniquement à partir de raisins de Chardonnays issus des 5 villages de la Côte des Blancs classés Grands Crus ; Avize, Cramant, Chouilly, Mesnil-sur-Oger et Oger, terroir d’excellence de ce plant en Champagne. Elle n’est élaborée exclusivement que dans les années exceptionnelles, dignes d’être millésimées.

Rose “Comte de Champagne” ou “Coniston”

En 2001, souhaitant revenir sur cette histoire mêlée de la rose et du champagne, Claude Taittinger (directeur de la Maison Taittinger de 1960-2005) commande la création d’une rose qui accompagnera cette cuvée de prestige. Il fait appel au créateur britannique David Austin, reconnu pour ses croisements de variétés anciennes et modernes particulièrement parfumées. Il résulte de cette collaboration un rosier buisson au parfum de miel et de musc. Ses roses naissent dans un coloris jaune intense, presque orange, et s’épanouissent en palissant. Évoquant une coupe de champagne jusque dans sa forme, elles dévoilent à maturité un délicat cœur d’étamine ocre jaune. La Maison Taittinger parsème alors les jardins de son siège place Saint-Nicaise (Reims) de cette variété nouvelle. Comme la cuvée à laquelle elle est associée, sa production est exceptionnelle en raison de sa grande délicatesse et fragilité.

Présentée pour la première fois en mai 2001 au Chelsea Flower Show de Londres, elle aurait dû porter le nom de “Rose Comte de Champagne”. Elle est toutefois commercialisée en tant que “Coniston”, l’appellation Champagne était exclusivement réservée aux seuls vins de Champagne.

“Donnez moi du Taittinger blanc de blancs… il n’est pas très connu mais c’est le meilleur champagne du monde” commande James Bond dans Casino Royal écrit par Ian Flemming, en 1952 ; à nous d’ajouter qu’aujourd’hui la singularité de cette cuvée Comtes de Champagne n’a d’égale que la rose qui en porte le même nom. 

Claude Taittinger
L’histoire de Thibaut IV est à retrouver ici
Plus d’informations sur la cuvée Comtes de Champagne ici

Texte : Amélie Cabon