Créer un parfum pourvu qu’il soit différent, c’était l’ambition d’Isabelle Masson-Mandonnaud lorsqu’elle créa le « parfum de soin », une nouveauté dans l’univers de la parfumerie, un milieu qu’elle connaît bien puisqu’elle-même et son ex-mari, Dominique Mandonnaud, sont les personnes à l’origine du développement et du succès de Sephora, cédée en 1997 à LVMH.
Avec Sabé Masson, c’est une toute autre histoire qu’Isabelle écrit. Une envie d’innover, de créer un produit moderne, à la pointe de la recherche scientifique et aligné sur ses convictions humaines.
Cofondée en 2014 avec Philippe Veran (Upperside), Sabé Masson propose des concepts disruptifs propres à la parfumerie nouvelle génération.

Pour lier le parfum aux vertus du soin, Isabelle a revisité la « concrète » dont les origines remontent à l’Égypte Ancienne. Il s’agissait alors d’une pâte odorante qu’on l’on obtenait en macérant diverses fleurs, épices et plantes aromatiques dans un corps gras.    
En version moderne chez Sabé Masson, la concrète devient un parfum solide, concentré dans un stick léger et pratique tenant dans la poche. Comme une ode à la sensualité, il s’étale dans le creux du cou ou derrière l’oreille et diffuse ses subtilités à mesure que la peau le réchauffe. La base baume ­– sans paraffine, ni alcool, ni parabène – est formulée à partir d’ingrédients cosmétiques issus du végétal et choisis pour leurs propriétés nourrissantes, comme le beurre de mangue, de karité ou l’huile de fleur de tiaré. À cela, viennent s’ajouter des composants de parfumerie, naturels de préférence, mais aussi de synthèse, pour une meilleure structure de la fragrance.

Imaginés et conçus entièrement en France, ces parfums unisexes sont élaborés par des nez auxquels Isabelle laisse une liberté presque totale. Pour les guider sans entraver leur talent ni leur créativité, elle leur fournit donc un nom et un design, rien de plus.

Eu vent de vous, Né des roses, Être ici et ailleurs, Artist… des intitulés romantiques, sortis tout droit de l’imagination de la créatrice et sur lesquels viennent se greffer couleurs et dessins. Ces éléments disparates formeront, une fois assemblés, des univers cohérents propres à chaque fragrance et sublimés par le graphiste de la maison, Alain Dieumegard ainsi que par l’artiste Lucille Clerc qui a notamment illustré le triptyque de parfums inspiré des contes de la Comtesse de Ségur (Après la pluie, le beau temps ; Un bon petit diable ; Les petites filles modèles).

Les soft perfumes de Sabé Masson se déclinent en version liquide ne contenant ni alcool ni solvant, ce qui permet une restitution très pure de la fragrance. Cela a été rendu possible grâce à une technologie mise au point par le laboratoire cosmétique français Neovix, partenaire de la marque.

Pour le moment, seuls cinq parfums sont disponibles dans cette version liquide mais tous sont voués à l’être. La marque prévoit par ailleurs de développer une collection de parfums solides 100% naturels. Un nouveau défi pour nous révéler, sous une autre lumière encore, la sensorialité de cette nature qu’Isabelle Masson-Mandonnaud affectionne tant.

sabemasson.com
@sabemassonparis
texte : Ambre Allart


Crédits photos : Benoit Pelletier (photo 1) / Aurélie Lamachère